Résumé du projet

***

À l’origine du colloque : un programme de recherches « Formes et conditions de sortie de la vulnérabilité sociale en milieux populaires »

Ce colloque est l’aboutissement d’un projet de recherche « Formes et conditions de sortie de la vulnérabilité sociale en milieux populaires » s’inscrivant dans l’axe thématique « connaissance des populations vulnérables et genèse des vulnérabilités » du programme ANR Vulnérabilités : à l’articulation du sanitaire et du social (édition 2008).

Ce projet proposait de mieux connaître les populations des quartiers populaires touchées par des formes d’incertitude, d’étudier la genèse des parcours individuels et familiaux et de comprendre les conditions favorisant le maintien ou au contraire la sortie de situations sociales instables. Il visait aussi à étudier les effets conjugués des dispositifs institutionnels mis en œuvre pour aider les individus et les familles, du travail d’aide auprès des populations d’associations locales, et des différents « supports » des individus au maintien ou à la sortie de ces situations.

Le projet a donné lieu à un ensemble de travaux analysant les processus de socialisation en milieux populaires, en particulier les modes d’appropriation des logiques institutionnelles de socialisation par les jeunes et les familles. Ces travaux de recherche ont porté sur les ruptures scolaires des collégiens, sur les parcours vulnérables d’emploi des jeunes, et sur les effets des démolitions d’immeuble sur les configurations familiales, les conditions de relogement et les réseaux de voisinage dans le cadre de la politique de rénovation urbaine, sur des parcours de footballeurs en formation ou professionnels d’origines populaires.

*

L’enjeu du projet scientifique était double : 1°) analyser les effets et processus de socialisation, les altérations et les transformations de soi à l’œuvre dans les moments de déstabilisation ou d’incertitude sociale ; 2°) étudier les reconfigurations des supports dont disposent les individus (ressources, compétences, aides…) et les conditions où ces reconfigurations s’opèrent positivement ou négativement.

L’objectif principal était de comprendre les alternations biographiques qui découlent des itinéraires des groupes ou individus étudiés en lien avec leurs identifications passées, avec les ressources matérielles, symboliques et relationnelles dont ils disposent. Les processus de transformation étaient aussi traités en intégrant la possibilité de mettre au jour des mécanismes de résistance aux changements et, plus largement, en questionnant les processus d’appropriation des nouvelles réalités objectives et subjectives.

Le projet mettait en discussion critique la notion de « vulnérabilité » très présente dans les discours publics qui tendent soit à « victimiser » les individus « en souffrance », soit à faire porter la responsabilité des situations sociales difficiles sur les individus et leurs façons d’être, de penser et de se projeter dans l’avenir. Contre une telle essentialisation du « vulnérable », il s’agissait donc de rappeler le cheminement composé d’une part de contraintes objectives faisant souvent entrer en jeu des traitements institutionnels qui participent en retour à constituer le sujet politique qu’est le « vulnérable » ou le « précaire », et d’autre part de contraintes subjectives (décisions plus ou moins appropriées, résistances des modes de pensée et des façons d’être…).

Dans les recherches, nous avons veillé à combiner l’analyse des dimensions institutionnelles des parcours, des dimensions relationnelles ainsi que des dimensions subjectives et individuelles des parcours. Au cours de ces parcours, sont mis en jeu des « supports », notion qui renvoie à l’idée que les individus disposent, même dans les pires conditions d’existence, de « réserves qui peuvent être de type relationnel, culturel, économique, etc., et qui sont les assises sur lesquelles peut s’appuyer la possibilité de développer des stratégies individuelles »1. Si la précarité des conditions d’existence va de pair avec une relative altération des supports et des ressources matérielles, symboliques, psychiques, relationnelles des individus et des groupes concernés, elle n’exclut pas, dans les classes populaires les plus démunies, l’existence de ressources individuelles, collectives et institutionnelles qui peuvent être mobilisées et permettre de « faire face » ou de remanier les modes de vie, les relations, les ancrages institutionnels.

 *

3 axes de recherche : 

Le projet s’est organisé autour de trois opérations de recherche :

1°) Parcours socio-scolaires et d’emploi des jeunes des milieux et quartiers populaires ;

2°) Parcours de familles dans des quartiers de zones sensibles urbaines soumis aux rénovations urbaines ;

3°) Associations et parcours de femmes de milieux populaires.

 *

Des journées d’étude ont précédé le colloque :

– « Parcours, carrière et trajectoire », 4 juin 2010 : invités Pierre Gilbert, Claire Bidart, Muriel Darmon, Sophie Denave.

– « Espaces locaux et milieux populaires : entre contraintes et ressources » en collaboration avec le laboratoire junior Focales, 20 janvier 2001 : invités Sylvie Fol et Nicolas Renahy.

– « Classes populaires et services publics » : 20 juin 2001 : invités Olivier Mazade et Yasmine Siblot.

__________________________________________________

  1. R. Castel et C. Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne, Paris, Fayard, 2001, p. 30. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.