Détail des recherches

Première opération de recherche sous la responsabilité (et coordination) de Daniel THIN:

Parcours socio-scolaires et d’emploi des jeunes des milieux et quartiers populaires

***

TERRAIN I : Mathias MILLET et Daniel THIN

« Que sont-ils devenus ? Parcours d’une jeunesse en mal d’avenir »

Cette recherche prend pour objet le devenir d’ex-collégiens en ruptures scolaires passés par un dispositif relais. Elle cherche à saisir les processus au principe des parcours, la manière dont ils se construisent et les effets de socialisation que ces derniers produisent. Il s’agit d’une part d’objectiver les trajectoires institutionnelles, professionnelles, familiales des ex-collégiens afin de vérifier notamment l’hypothèse selon laquelle les ruptures scolaires, et leur traitement institutionnel, initient une trajectoire dont la pente scolaire est celle d’une déscolarisation encadrée, d’une sortie sans titre scolaire ou avec des titres de faible valeur sociale ; et, au plan socio-économique, celle d’une insertion sur le marché du travail dans des emplois peu qualifiés et précaires, relevant du régime d’insertion caractérisé par une « inscription dans l’emploi discontinu ou le non-emploi » (1). Il s’agit, d’autre part d’appréhender les conditions qui perpétuent l’engrenage socialement négatif amorcé au cours de la scolarité et celles qui éventuellement permettent la construction de « contre-handicaps » (toutes les trajectoires ne sont en effet pas identiques, une partie des ex-collégiens trouvant les voies de formations qualifiantes dans le monde ouvrier ou employé et quelques-uns, plus rares, parvenant même à dépasser cette condition). On s’efforce ainsi de comprendre la manière dont se construisent, se renforcent ou s’affaiblissent des supports ou des ressources, un « capital de conformité » (2), etc., mobilisables et mobilisés au fil des parcours.

Pour tenir ces deux orientations, la recherche a réalisé un long travail de reconstitution des parcours par le suivi des inscriptions institutionnelles des ex-collégiens (à partir de deux dispositifs relais qui avaient déjà été enquêtés lors de deux recherches précédentes). Ce travail a ainsi permis de dégager, par un traitement statistique combiné au traitement secondaire des données de la DEPP (3) sur les élèves des dispositifs relais, les flux qui concernent l’orientation et le devenir des collégiens après le dispositif relais, de dessiner par ailleurs, grâce à la constitution de frises biographiques, des modèles de trajectoires post ruptures scolaires.

Une vingtaine d’entretiens biographiques approfondis ont été effectués avec les ex-collégiens (souvent près de 10 ans après leur sortie des dispositifs relais) pour mieux appréhender les contours de leurs parcours et les ressources dans lesquelles ils ont trouvé un ensemble de ressorts ou qui ont fait défaut.

Les premiers résultats laissent apparaître, chez la plupart des collégiens, une reproduction de la disqualification sociale et des positions sociales dominées. Pour autant, ils montrent que les ressources familiales ne sont pas toujours entièrement abolies, que les pairs peuvent servir d’appui dans les interactions avec les institutions, que les professionnels peuvent nouer des liens personnels avec certains jeunes dont ils s’occupent et leur servir de support en dehors du cadre institutionnel. Au final, l’étude des configurations relationnelles montre qu’elles peuvent constituer des ressources ou des supports avec, contre ou à côté des dispositifs institutionnels.

(1) H. Eckert, V. Mora, « Formes temporelles de l’incertitude et sécurisation des trajectoires dans l’insertion professionnelle des jeunes », Travail et Emploi n° 113, 2008.
(2) I. Coutant, Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers, La Découverte, 2005.
(3) Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l’Éducation nationale.

*

TERRAIN II : Laurence FAURE et Eliane LE DANTEC

« Comment « faire face » malgré tout ? Les supports mobilisables par les jeunes des classes populaires : un jeu de ressources et d’entraves aux ressorts objectifs et subjectifs imbriqués »

Nous proposons de mener une réflexion sur la place, les sens et enjeux des supports mobilisables par les jeunes de milieux populaires afin de faire face à la précarité économique et sociale à laquelle ils sont confrontés. Nous examinerons notamment le rôle des soutiens familiaux, des aides institutionnelles, des sociabilités amoureuses et amicales mais aussi des figures parentales substitutives.

Ceux-ci seront rapportés aux conditions et trajectoires sociales des jeunes ainsi qu’à leurs ressources, tant objectives que symboliques. Par exemple, nous prendrons en compte le rôle que joue l’intériorisation de dispositions sociales acquises de longue date dans l’économie psychique des individus sur leur manière de percevoir les difficultés socioéconomiques. On sera également attentives à la façon dont ces supports sont plus ou moins opérants selon les contextes sociaux et territoriaux dans lesquels vivent les jeunes enquêtés. Il s’agira de souligner les différences significatives, notamment en termes d’opportunités d’emploi, entre les départements du Rhône et des Pyrénées Orientales où l’enquête qualitative par entretiens et observations a été réalisée auprès de jeunes de milieux populaires inscrits dans des dispositifs institutionnels d’insertion (association d’aide au logement des jeunes et mission locale).

L’analyse des discours recueillis nous a amenées à identifier deux configurations de parcours dans lesquels les supports occupent des places et jouent un rôle différent. Pour chacune d’entre elles, il conviendra de montrer quels supports sont mobilisables, comment ils sont opérationnels, comment ils s’articulent entre eux, se hiérarchisent et jusqu’où ils fonctionnent comme des ressources efficaces pour faire face à des situations sociales précaires. A l’inverse, dans quelles conditions tendent-ils parfois à constituer des entraves à une possible sortie de la précarité ?

La première configuration regroupe des jeunes appartenant à des familles populaires relativement sécurisées. Dans ce cas, les supports et ressources tendent à être pluriels et à faire système. Toutefois, leur combinaison ne produit pas nécessairement des effets cumulatifs et positifs. Ils sont parfois susceptibles d’entrer en tension : ce qui est potentiellement une ressource peut alors se transformer en son inverse. Ainsi en est-il lorsque l’entrée dans une relation amoureuse stable favorise l’indépendance résidentielle tout en constituant un obstacle à l’insertion professionnelle impliquant une mobilité.

La deuxième configuration concerne des jeunes en rupture, qu’elle soit liée à leur parcours ou à celui de leur famille. Ici, le support institutionnel tend généralement à se substituer à l’absence de liens familiaux efficients. Les supports relationnels mobilisables par ailleurs s’avèrent souvent ambivalents : par exemple, des relations amicales qui permettent l’inscription dans un réseau de sociabilités, sont pensées dans le même temps comme enfermant dans des pratiques déviantes.

Cette ambivalence des supports met en exergue la tension entre, d’un côté, leur dimension objective à l’œuvre dans leur (in)efficience matérielle par exemple et, de l’autre, la perception subjective, fruit d’une socialisation familiale et/ou institutionnelle, que les jeunes ont de la réalité de leur situation et des ressources personnelles qu’ils estiment être en leur possession pour y faire face.

*

TERRAIN III : Julien BERTRAND et Frédéric RASERA

« Jeunes issus des classes populaires et marché du travail footballistique »

Les images sociales dominantes des footballeurs contrastent avec celles associées communément à la notion de « vulnérabilité ». Pourtant, nos travaux, en s’intéressant aux conditions sociales d’accès et d’exercice de ce métier, sont confrontés à cette notion et permettent d’interroger sa pertinence. D’une part, ce métier est associé à des dispositifs institutionnels marqués par un haut degré d’incertitude. C’est le cas aussi bien au sein d’instances de formation incertaine et concurrentielle que sur un marché du travail où le CDD est la norme et les carrières limitées dans le temps. D’autre part, les footballeurs qui s’engagent dans cet univers professionnel sont majoritairement issus des milieux populaires. Alors qu’ils sont fréquemment  perçus comme des « miraculés » sociaux issus des fractions les plus fragilisées des classes populaires, les terrains enquêtés permettent d’objectiver les ressources dont disposent les footballeurs pour s’ajuster aux contraintes qui structurent leur univers professionnel et de comparer les trajectoires avec le souci de rompre avec une lecture homogènéisante des classes populaires.

Julien Bertrand a conduit une enquête au sein d’un centre de formation d’un club professionnel dans le prolongement des travaux déjà réalisés sur la population des apprentis footballeurs (J. Bertrand, La fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute, 2012). Menée dans un centre de formation relativement peu reconnu et accueillant des élèves footballeurs âgés de 15 à 19 ans, l’enquête s’est concentrée sur les joueurs scolarisés appartenant à une filière scolaire professionnelle et très largement issus des classes populaires. Julien Bertrand s’est intéressé aux conditions sociales d’accès et d’appropriation de ce dispositif de formation (socialisation antérieure, conditions de scolarité). L’entrée sur ce terrain par le biais d’une embauche comme encadrant d’étude a alors permis de cumuler observations dans le temps scolaire (de septembre 2009 à juin 2011), entretiens (10 au total) et travail sur les dossiers scolaires (38 dossiers consultés).

Frédéric Rasera a conduit une analyse sociologique du métier de footballeur à partir d’une enquête de longue durée (trois ans) auprès de joueurs qui travaillent dans un club de football professionnel et dont la majorité sont issus des classes populaires. Il s’est intéressé aux conditions sociales d’entrée dans le métier, aux modalités d’évolution sur un marché du travail marqué par une forte individualisation des carrières et une incertitude de l’emploi, aux conditions quotidiennes d’exercice du métier et à leurs effets sur les modes de vie des joueurs. Son enquête a combiné  les différents outils de la méthode ethnographique : observations sur le lieu de travail, appui sur des informateurs privilégiés, entretiens (parfois répétés) avec des footballeurs (quelquefois accompagnés de leur compagne), recueil de documents indigènes, circulation dans des réseaux d’interconnaissance, entretiens avec des membres de l’encadrement technique et médical ainsi qu’avec des intermédiaires sur le marché du travail.

____________________________________________________

Deuxième opération sous la responsabilité de Sylvia FAURE:

Parcours de familles dans les quartiers de zones sensibles urbaines soumis aux rénovations urbaines : comparaison des générations, des conditions d’existence dans des configurations résidentielles variables.

***

TERRAIN I ET II : Sylvia FAURE et Pierre GILBERT

« Des parcours résidentiels sous contrainte : les milieux populaires face à la rénovation urbaine »

Les conditions de logement sont au cœur des conditions matérielles d’existence qui font la précarité ou la stabilité des classes populaires. Ainsi, l’accès au confort dans l’espace domestique fut un élément central de la déprolétarisation des ouvriers et des employés après la Seconde Guerre mondiale  et, aujourd’hui, le clivage résidentiel entre propriétaires de pavillons et habitants des cités HLM est au cœur des divisions entre fractions stables et fractions précaires des classes populaires. Pour aborder la question de la précarité en milieu populaire, deux recherches de notre programme ont été consacrées au logement populaire dans les cités. Elles interrogent les effets des mobilités contraintes induites par le programme national de rénovation urbaine, qui concentre depuis dix ans les efforts des politiques de la ville sur les démolitions et les reconstructions de logements dans les quartiers dits « sensibles ».

Ces deux enquêtes ont été conduites dans la région lyonnaise. L’une porte sur la démolition des deux principales « barres » d’un quartier de St-Priest à partir d’une quinzaine entretiens avec des familles relogées systématiquement en dehors de cet espace résidentiel, et en comparaison avec une précédente recherche dans un quartier HLM de Saint-Étienne (Sylvia Faure). L’autre recherche analyse les transformations sociales provoquées par une opération rénovation urbaine au cours des années 2000 sur les trajectoires et les styles de vie des milieux populaires, à partir d’une monographie du grand ensemble des Minguettes, à Vénissieux. Menée pendant cinq années dans le cadre d’une thèse de sociologie, elle s’appuie sur de multiples outils d’investigation : ethnographie, statistique, entretiens, archives (Pierre Gilbert (1)).

En imposant la mobilité résidentielle, la rénovation urbaine se présente à la fois comme un facteur de déstabilisation pour les familles et comme une ouverture des possibles dans l’espace résidentiel. Entre les relogements provoqués par les démolitions et l’accès aux logements nouvellement construits, la rénovation crée un contexte de mobilité généralisée dans un espace résidentiel fortement hiérarchisé, au sein duquel les habitants se trouvent dans une situation de concurrence. Ces deux recherches permettent de mettre au jour les logiques institutionnelles qui déterminent les mobilités de chaque ménage, ainsi que les différentes ressources mobilisées par eux. Il apparaît que ces mobilités sont largement déterminées par les supports (ou l’absence de supports) que les familles sont en mesure de faire valoir : ressources économiques, compétences langagières pour négocier avec les institutions du logement, aides familiales, ressources relationnelles, réputation dans l’espace local, etc. Au-delà, le sens de ces parcours résidentiels dépend fortement des rapports aux institutions qui se nouent au cours de ces processus entre chaque famille et les instances chargées de la distribution des logements, allant de la remise de soi à la mise en œuvre de stratégies et de mobilisations intenses des ménages pour leur avenir résidentiel.

Attentives au rôle du contexte local dans lequel se déroule la rénovation urbaine, ces deux recherches soulignent, grâce à la comparaison de plusieurs cas, le rôle de la configuration du quartier dans les effets de ces déménagements. Elles montrent aussi que la rénovation produit au sein de la population de fortes différenciations en terme de trajectoire : entre les parcours de déclassement et les petites promotions résidentielles, les démolitions-reconstructions font apparaître au grand jour le différentiel de ressources entre les familles et suscitent des stratégies qui renforcent chez elles le sens du classement résidentiel. Il s’ensuit différentes formes de repli sur l’espace domestique, favorisées par la hausse du coût du logement et l’éloignement des réseaux de sociabilité. Inscrites dans la trajectoire sociale dans son ensemble, ces mobilités résidentielles peuvent enfin constituer une forme de support à des bifurcations dans les itinéraires familiaux, matérialiser le déclassement de trajectoires marquées par une grande précarité ou bien être le support de petites promotions résidentielles compensant les espoirs déçus des trajectoires sociales.

(1) Cette thèse en voie d’achèvement a été réalisée au sein de l’équipe Modes, espaces et processus du socialisation du Centre Max Weber, sous la direction de Jean-Yves Authier.

____________________________________________________

3ème opération de recherche sous la responsabilité de Daniel THIN:

Associations et parcours de femmes de milieux populaires

***

TERRAIN : Daniel THIN

« Associations et parcours de femmes de milieux populaires » 

Cette recherche a pris pour objet les parcours de femmes participant à des associations ou groupes de femmes, essentiellement mères de familles, de quartiers populaires de l’agglomération lyonnaise principalement. Elle a été construite à partir d’un travail d’accompagnement pendant plus de deux ans d’un collectif (2) de groupes de femmes menant une action et une réflexion sur le décrochage scolaire de nombre d’enfants de leurs quartiers, action qui a débouché sur un ensemble de séminaires regroupant les femmes concernées et des agents de l’institution scolaire.

Cette longue observation participante s’est intéressée à la fois aux parcours et à la socialisation des femmes impliquées dans les groupes, aux formes d’action des groupes, aux rapports avec les institutions (que celles-ci soient des « institutions familières » comme l’école du quartier ou la mairie ou des institutions plus éloignées comme la préfecture ou le conseil régional) et aux ressources ou supports que les groupes et la participation aux groupes peuvent constituer ou fournir à des femmes peu dotées en capitaux de toute sorte.

Au plan empirique, la recherche s’appuie donc sur de longues observations des réunions des groupes (qui ont été enregistrées), de leurs interventions publiques et de leurs rencontres avec des membres de diverses institutions, sur l’étude des nombreux documents produits par les groupes, et sur des entretiens, parfois répétés avec les participantes aux actions collectives.

Une socialisation par et dans l’action collective

On observe une socialisation par la participation aux groupes qui tend à doter les femmes de dispositions à prendre la parole en public ou face aux agents des institutions, à transformer partiellement leurs dispositions temporelles pour se rapprocher d’une temporalité du chronos ou encore à changer leurs rapports aux hommes de leur entourage (3). Cette socialisation produit des compétences, des dispositions agissant comme ressources pour les participantes, principalement dans les relations avec les « institutions familières », mais aussi pour une partie d’entre elles, dans leur parcours sur le marché du travail. Pour autant, on observe que cet effet sur les parcours est limité à la fois parce qu’une partie seulement des femmes est concernée et parce que l’entrée dans le travail garde la forme de statuts et de contrats précaires et peu qualifiés.

Les relations avec les institutions que les groupes interpellent ou avec lesquelles ils collaborent au cours de leurs actions, par exemple dans le cadre des dispositifs de « démocratie participative », contribuent à constituer un capital relationnel que les femmes peuvent mobiliser dans leur vie quotidienne, dans leurs parcours individuels ou dans leurs démarches collectives. En outre, le travail collectif effectué et sa visibilité finissent par produire des formes de reconnaissance ou de légitimité sociale : reconnaissance de plusieurs institutions qui font appel aux groupes de femmes pour les aider à faire face à certains problèmes sociaux dans les quartiers d’implantation des groupes ou encore qui leur demandent d’intervenir dans la formation de certains de leurs agents ; légitimité nouvelle aux yeux de leurs proches lorsqu’ils voient leurs mères ou épouses citées dans les médias ou associées aux élections locales… La participation aux actions collectives des groupes est ainsi génératrice d’une (re)qualification symbolique qui, toutefois, montre sa fragilité lorsque les actions collectives faiblissent ou lorsque les contraintes de la vie domestique ou professionnelle conduisent au retrait de l’activité des groupes.

(1) Les groupes peuvent être relativement informels, liés à un centre social ou non, prendre ou non le statut d’associations.

(2) Le « collectif » a le statut d’association.

(3) Alors que les membres de ces groupes tiennent à se démarquer de toute démarche « féministe ».

____________________________________________________

RECHERCHE COMPLÉMENTAIRE (financée par la CNAF)

Parcours scolaires d’enfants de familles nombreuses : le poids des temporalités et des régulations domestiques

***

Gaële HENRI-PANABIERE, Julien BERTRAND, Géraldine BOIS, Martine COURT, Olivier VANHÉE

Les enquêtes statistiques montrent que le destin social des enfants est affecté par la taille de leur fratrie et que cet effet est imputable, pour l’essentiel, à des différences de parcours scolaires (Merllié & Monso 2010). Ces enquêtes montrent aussi que s’il touche toutes les classes sociales, il affecte de manière particulièrement forte les trajectoires des jeunes de catégories populaires. La recherche présentée ici porte sur les parcours scolaires de jeunes âgés de 18 à 27 ans issus de familles de 4 enfants et plus (Bertrand et al, 2012). L’enquête qualitative (entretiens dans 22 familles dont 12 appartiennent aux catégories populaires) visait à reconstituer les conditions et les modalités de la socialisation familiale et à saisir comment elles ont pu être affectées par l’agrandissement de la fratrie. Parmi les dimensions étudiées (avec les conditions matérielles, les accompagnements scolaires et culturels et les projets d’avenir des jeunes enquêtés) les rythmes et les modes de contrôle familiaux apparaissent comme des éléments qui préparent inégalement les enfants de familles nombreuses à se conformer aux injonctions scolaires. L’application par les élèves des normes temporelles et comportementales véhiculée par l’école (régularité des scansions, planification des actions, autocontrainte) dépend en effet des régimes disciplinaires et des temporalités qui ont cours au sein de la famille (Lahire 1995, Millet & Thin 2005).

Analysées du point de vue des régulations domestiques (à propos de la participation des enfants aux tâches ménagères, des limites concernant les loisirs, etc.) et de l’organisation temporelle des activités familiales (au sein et à l’extérieur du domicile), les familles enquêtées se répartissent dans trois catégories qui recoupent les clivages sociaux (le premier groupe de familles concentrant les ressources scolaires et économiques dont le troisième groupe est globalement démuni). Dans la première catégorie de familles (où les parents appartiennent essentiellement aux classes supérieures), les enfants expérimentent un rapport à l’autorité et au temps proches de ceux qui ont cours au sein de l’univers scolaire (en étant confrontés précocement à un ensemble de règles explicitées et intériorisées et à des habitudes de rationalisation des activités liées à un usage fréquent de l’écrit). La deuxième catégorie réunit des familles de classes populaires et quelques familles de classes moyennes (les diplômes y sont plus rares que dans le premier groupe mais pas absents). Le fonctionnement familial qui caractérise cette catégorie associe un contrôle de type positionnel ou statutaire (Bernstein 1975) exercé de manière serrée sur les enfants et une grande régularité des rythmes familiaux. S’ils se manifestent dans des modalités distinctes de celles de l’école, les principes socialisateurs qui ont cours dans ces familles permettent des formes d’anticipation (des sanctions, des horaires) et d’intériorisation des contraintes qui conduit généralement ceux qui en sont issus à se conformer aux exigences scolaires en matière de discipline et d’organisation du travail personnel. Enfin, la troisième catégorie est composée de familles populaires  ayant connu des moments de « pression » économique (comme quelques unes des familles du groupe précédent) ou de grande précarité matérielle. Le type d’expériences socialisatrices qu’y vivent les enfants est marqué par un contrôle contextualisé (Thin 1998) et une régularité inégale des rythmes familiaux qui les éloignent souvent des logiques et des exigences scolaires.

La recherche montre aussi que le fonctionnement domestique des familles des deux derniers groupes est plus susceptible que celui du premier d’être affecté par les effets de déstabilisation induits par l’agrandissement de la fratrie (parce que les manières d’y exercer l’autorité sont plus dépendantes de la disponibilité parentale et parce que les parents ne bénéficient pas des ressources économiques leur permettant de trouver des relais éducatifs à l’extérieur de la famille).

*

Références du résumé

BERNSTEIN, B., 1975, Langage et classes sociales Codes socio-linguistiques et contrôle social, Paris, Minuit.

BERTRAND J., BOIS G., COURT M., HENRI-PANABIERE G., VANHEE O., 2012, Les parcours scolaires des enfants de familles nombreuses : l’analyse des processus de socialisation, Rapport de recherche remis à la Caisse Nationale des Allocations Familiales, Centre Max Weber, Université Lyon 2.

LAHIRE, B., 1995, Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Gallimard/Seuil.

MERLLIE D., MONSO O., 2010, « Mobilité sociale et dimension de la famille : une question oblitérée ? », projet d’article, version provisoire du 29 septembre 2010 [en ligne : www.melissa.ens-cachan.fr/IMG/pdf/Merllie_Monso_2010-4.pdf)

MILLET, M., THIN, D., 2005, Ruptures scolaires. L’école à l’épreuve de la question sociale, Paris, PUF.

THIN, D., 1998, Quartiers populaires. L’école et les familles, Lyon, PUL.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.