Opérations réalisées

***

Opérations de recherche et présentation des travaux réalisés

Le projet a été mis en oeuvre à partir de trois opérations de recherche centrées sur des dispositifs institutionnels et associatifs à l’oeuvre dans les quartiers populaires situés en zones urbaines sensibles visant à aider les personnes considérées comme vulnérables : 1°) Parcours socio-scolaires et d’emploi des jeunes des milieux et quartiers populaires ; 2°) Parcours de familles dans des quartiers de zones sensibles urbaines soumis aux rénovations urbaines ; 3°) Associations et parcours de femmes de milieux populaires.

Ces opérations proposaient de combiner un travail de reconstitution de « carrières » biographiques à partir de corpus d’entretiens approfondis d’habitant-es (ou ex-habitant-es) de ces quartiers, de femmes engagées dans des associations locales, de jeunes sortis de l’école, de jeunes professionnels du football ou se formant au football, de familles résidant durablement dans les grands ensembles HLM. L’objectif était de mieux appréhender les effets de socialisation des supports dont ces populations ont disposé, au cours de leur biographie résidentielle — ou disposent aujourd’hui — et de saisir les modes d’articulation de ces supports avec d’autres ressources qui leur étaient possible de mettre en oeuvre.

*

1ère opération sous la responsabilité (et coordination) de Daniel Thin.

  • Parcours socio-scolaires et d’emploi des jeunes des milieux et quartiers populaires

Cette première opération a porté sur les parcours de jeunes connaissant des scolarités écourtées ou des « ruptures scolaires » et confrontés à des difficultés d’insertion socio-économique et d’autonomisation vis-à-vis des familles, parfois des groupes de pairs ou de leur quartier. Les processus et les parcours de ruptures scolaires ont été étudiés en combinant les dimensions sociales et familiales, les dimensions cognitives et institutionnelles de ces parcours, la sociabilité juvénile des jeunes de milieux populaires.

Sur ce terrain des parcours des jeunes de milieux populaires aux scolarités avortées, la recherche a eu pour objectif de saisir les conditions qui perpétuent l’engrenage socialement négatif amorcé au cours de la scolarité et celles qui permettent la construction de « contre-handicaps ». Pour comprendre les processus à l’oeuvre, repérer les supports qui se font ou se défont, les ressources mobilisables et mobilisées dans les parcours des jeunes, plusieurs dimensions seront analysées en détail et dans leur articulation : les parcours dans les dispositifs institutionnels ; les réseaux relationnels des jeunes (ressources familiales, groupes de pairs). Comment ces différents liens se complètent, se concurrencent, ou interviennent successivement dans les parcours ? Comment les jeunes se saisissent de ces relations pour tenter de trouver « une place », pour dessiner un avenir moins incertain ?

*

2ème opération de recherche sous la responsabilité de Sylvia Faure.

  • Parcours de familles dans les quartiers de zones sensibles urbaines soumis aux rénovations urbaines

Il s’agissait ici de comparer différents secteurs résidentiels en vue de mieux saisir les effets de ces politiques urbaines sur les habitants en tenant compte des configurations sociales-spatiales où ils résident, des proximités ou des éloignements vis-à-vis de ressources institutionnelles, associatives, des commerces, des écoles et des équipements socio-culturels et sportifs. La prise en compte des supports socio-spatiaux sera combinée avec l’analyse des propriétés sociales et des conditions d’existence, afin de mesurer les effets des démolitions et des relogements contraints sur les possibilités de mobilité résidentielle et sur les façons dont les familles, les femmes plus particulièrement, font face à ces changements de vie.

*

3ème opération de recherche sous la responsabilité de Daniel Thin.

  • Associations et parcours de femmes de milieux populaires

Cette opération concernait les parcours de femmes participant à des associations de femmes dans les quartiers populaires. Plusieurs résultats et actions antérieurs justifient de porter le regard sur les effets de cette forme de sociabilité et de socialisation dans les parcours de femmes appartenant aux fractions les plus démunies des classes populaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.