Résumés

Sur cette page figurent les présentations et résumés des chercheurs invités au colloque et qui ont accepté de venir discuter leurs travaux  :

Sarah ABDELNOUR

L’auto-entrepreneur au service des exclus de la société salariale ? De la stratégie de présentation aux usages d’un dispositif de cumul des revenus.

L’auto-entrepreneur est un régime « allégé » de création d’entreprises individuelles, mis en place dans le cadre de la loi dite « de modernisation de l’économie » d’août 2008, et qui a suscité depuis son entrée en vigueur en 2009 plus d’un million d’inscriptions. Bien qu’impulsé par un secrétaire d’Etat appartenant à la droite libérale et revendiquant sa propre expérience de « petit patron », ce dispositif a été largement présenté comme une politique sociale à destination des exclus de la société, et plus particulièrement aux laissés-pour-compte de la société salariale.

Cette communication est issue d’une thèse portant sur le régime de l’auto-entrepreneur, envisagé comme dispositif d’action publique visant à institutionnaliser le cumul des revenus, en se proposant de mettre la création d’entreprise à portée de tous. Dans une démarche d’ethnographie des politiques publiques, l’enquête a saisi le dispositif depuis son élaboration politico-institutionnelle jusqu’à ses réappropriations par les usagers, en passant par sa diffusion par des agents d’exécution et par des campagnes de communication.

La communication se propose de mettre en regard les discours politiques qui font de l’auto-entrepreneur « la politique sociale la plus efficace qui ait été mise en œuvre depuis des décennies » selon le mot du secrétaire d’Etat Hervé Novelli, aux effets du dispositif sur les situations sociales de ses usagers (en termes de revenus envisagés quant à leur niveau et à leur nature, de conditions de travail, de protection sociale, ou encore de séparation de la vie professionnelle et de la vie privée).

Une première partie sera consacrée à la présentation du dispositif comme politique sociale, stratégie qui a permis des coalitions d’intérêt relativement improbables, et qui illustre les ambiguïtés des référentiels d’action que l’on peut qualifier de néolibéraux. Une seconde partie évoquera le « prix de l’indépendance », et ainsi les conditions de possibilité (appui sur le salariat, relations familiales) qui rendent l’indépendance gérable voire enviable. Cette partie sera l’occasion de revenir sur la diversité des usages du dispositif, et au-delà, sur la forte bipolarisation des auto-entrepreneurs. Enfin, sera envisagée l’injonction à l’autonomie économique et administrative contenue dans ce dispositif d’entreprise de soi, qui se heurte aux ressources souvent faibles de ces profanes de la création d’entreprise, mais qui participe par ailleurs à un sentiment de fierté des auto-entrepreneurs, et ainsi à une forme de paradoxale de « bonheur » au travail.

***

Sarah Abdelnour est docteure en sociologie, rattachée au Centre Maurice Halbwachs (CNRS-EHESS-ENS), agrégée de sciences économiques et sociales et ATER à Sciences Po Paris. Sa thèse a porté sur le régime de l’auto-entrepreneur, envisagé de sa genèse politique à ses usages sociaux. Elle a publié en 2012 Les nouveaux prolétaires aux éditions Textuel. 

________________________________________________

Valérie BECQUET

« Jeune vulnérable » : une catégorie d’analyse pertinente en sociologie de la jeunesse ?

Le programme de recherche JUVENIL : Jeunes vulnérables : perceptions et prises en charge dans les politiques locales d’accès aux soins et de lutte contre l’exclusion sociale, dirigé par Patricia Loncle (EHESP) visait à analyser l’adéquation entre les modalités de prise en charge des jeunes vulnérables dans les domaines de la lutte contre l’exclusion sociale et de l’accès aux soins et les besoins de ces derniers, leur parcours d’intégration et leur trajectoire vers l’âge adulte. Dans cette perspective, une réflexion a été menée sur la définition de la notion de « jeune vulnérable » et sur la pertinence d’y recourir pour qualifier les populations et les situations analysées. Alors que la notion même de vulnérabilité n’est pas stabilisée et se caractérise par une certaine polysémie, son emploi en sociologie de la jeunesse introduit de nouvelles questions. A partir des travaux en sociologie de la jeunesse, l’intervention s’attachera à mettre en évidence les apports et les limites de cette catégorie d’analyse.

 ***

Valérie Becquet est maître de conférences en sociologie à l’Université de Cergy-Pontoise et membre du laboratoire Ecole, Mutations, Apprentissages. Ses travaux portent sur les pratiques citoyennes des jeunes et les politiques publiques visant à les développer. Elle a notamment publié : « Les jeunes vulnérables : essai de définition », Agora Débats/Jeunesses, n°62, septembre 2012 ; “Pupils’ Participation in French Secondary Schools: the interplay between tradition and innovation”, dans Patricia Loncle, Morena Cuconato, Virginie Muniglia, Andreas Walther (eds.), Youth participation in Europe. Beyond discourses, practices and realities (Policy Press, 2012) et dirigé L’expérience du service civil volontaire à Unis-Cité : quels enseignements pour le service civique ? (INJEP, coll. « Les cahiers de l’action », n°34, Paris, 2011) et avec Patricia Loncle et Cécile Van de Velde, Politiques de jeunesse : le grand malentendu (coll. Questions de société, Champ social éditions, 2012).

________________________________________________

Claude GRIGNON

L’inégalité des risques

Les euphémismes employés pour désigner les classes populaires (« vulnérabilité », « précarité », « milieux modestes », etc.) masquent à la fois la réalité des inégalités sociales et des conditions de vie, et la spécificité des modes de vie populaires. On s’efforcera de leur opposer des définitions sociologiquement construites en examinant les rapports entre les classes populaires et leurs cultures, et en faisant ressortir l’ambivalence des cultures populaires, à la fois dominées et autonomes.

***

Directeur de Recherche honoraire (DR1) à l’INRA Département d’Economie et de Sociologie ; Chercheur invité (Mellon Scholar), Cornell University (1988) ; Visiting Professor of Sociology, New York University (1992) ; Président du Comité Scientifique de l’Observatoire National de la Vie Etudiante (1993-2004)

Principales publications

  • L’ordre des choses, les fonctions sociales de l’enseignement technique, Paris, Editions de Minuit, 1971.
  • « Styles d’alimentation et goûts populaires », Revue française de sociologie, XXI (4), p. 531-569, 1980 (avec Ch. Grignon).
  • Le savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard-Le Seuil, coll. Hautes Etudes, 1989 (avec J.-C. Passeron).
  • Les conditions de vie des étudiants, enquête OVE, Paris, PUF, 2000, coll. Politique d’aujourd’hui.
  • Le modèle et le récit, Paris, Ed. de la MSH, 2001 (dir. avec J.-Y. Grenier et P.-M. Menger).
  • Sociologie et Idéologie, Genève, Droz, 2008.
  • Sciences de l’homme et sciences de la natureessais d’épistémologie comparée, Paris, Ed. de la MSH, 2009 (dir. avec C. Kordon).

________________________________________________

Caroline MAZAUD

Les jeunes sans diplôme face aux dispositifs d’accompagnement socioprofessionnel. Enquête dans trois organismes de formation (titre provisoire)

Les actions d’orientation qui sont pensées comme des dispositifs nécessaires en amont des formations qualifiantes, s’adressent à un public fortement éloigné de l’emploi qui, outre ses difficultés d’insertion professionnelle, cumule un certain nombre de « handicaps » sociaux considérés comme des « freins » à l’emploi (qu’il convient de « lever »). S’adressant a priori aux plus démunis d’entre eux, qui ont le moins de chances (statistiques) d’accéder à l’emploi, à savoir les jeunes sans diplôme peu ou pas qualifiés, les trois dispositifs étudiés à travers une enquête ethnographique de 18 mois, affichent leur objectif de « transformation des individus » à travers un accompagnement socioprofessionnel individualisé.

Dans un contexte où le nombre de places disponibles est insuffisant pour accueillir le flux de candidats, on se demandera d’abord de quelles ressources les recrutés disposent pour passer le cap de la sélection à l’entrée, puis celui de la période probatoire présente dans tous les dispositifs et à l’issue de laquelle les formateurs peuvent mettre fin au parcours de formation entamé par chacun des jeunes.

Les « bénéficiaires » de ces dispositifs peuvent-ils ensuite, au cours de leur parcours de formation, engager des « stratégies individuelles »? Que s’approprient-ils et à quelles conditions ? Peut-on distinguer différentes formes d’engagement ?

À travers la présentation d’études de cas de jeunes passés par des actions d’orientation, je voudrais discuter des conditions dans lesquelles ces individus a priori démunis, du moins présentés comme tels, ont la possibilité de mobiliser leurs ressources.

***

Post-doctorante, membre du centre nantais de sociologie (Cens), Caroline Mazaud a consacré sa thèse au groupe des artisans et s’intéresse notamment aux ressources mobilisées par des individus qui disposent d’un faible capital culturel (petits indépendants et membres des classes populaires), en s’interrogeant sur les configurations où des ressources spécifiques peuvent « faire capital ».

Sur ces questions, elle a notamment publié « Le rôle du capital d’autochtonie dans la transmission d’entreprises artisanales en zone rurale », Regards sociologiques, numéro spécial « Dimension spatiale des ressources sociales », n° 40, 2010 et « Croisement d’échelles : la famille, la localité et le groupe professionnel », Temporalités, n° 11, dossier « les parcours individuels dans leurs contextes », n° 11, 2010, URL : http://temporalites.revues.org/index1193.html

________________________________________________

Virginie MUNIGLIA et Céline ROTHÉ

Les parcours des jeunes vulnérables au sein du système d’aide, une construction à l’interaction des logiques d’intervention professionnelles et des logiques de recours à l’aide sociale

Nous proposons de nous pencher sur les parcours des jeunes sans soutien familial au travers du rapport qu’ils entretiennent à l’aide sociale. Notre propos part du constat que la configuration de la solidarité publique en France rend particulièrement vulnérables les jeunes cumulant difficultés d’insertion et absence de soutien familial et postule qu’elle introduit un lien fort entre le déroulement des parcours de vie et le rapport au système d’aide. En analysant la relation de face à face qui s’établit entre le jeune et l’intervenant social, nous mettrons en évidence la dimension structurante de cette interaction dans la construction des transitions à l’âge adulte.

Notre analyse s’appuiera sur une soixantaine d’entretiens biographiques menés, entre 2009 et 2011, dans le cadre d’une recherche financée par l’agence nationale de la recherche (Juvenil, jeunes vulnérables dans les politiques sociales et de santé) et dans le cadre de nos travaux de thèse respectifs, auprès d’adultes entre 18 et 35 ans ainsi que sur une centaine d’entretiens avec les professionnels du secteur social et médico-social travaillant auprès de cette population.

Après avoir brièvement rappelé les failles de l’action publique française en direction d’une frange de la jeunesse en situation particulièrement précaire, dans un contexte renvoyant largement les jeunes à la solidarité familiale, nous insisterons sur le rôle des ruptures institutionnelles dans cette fragilisation.

Nous déroulerons ensuite les enjeux de la relation de face à face qui s’établit lors de la demande d’aide sociale ou du suivi social. Nous montrerons, tout d’abord, que l’histoire du rapport entretenu par les jeunes avec le système d’aide mais aussi la nature et la solidité des supports qu’ils peuvent mobiliser influencent la façon dont ils expérimentent la situation de précarité, se projettent dans l’avenir, et, par là-même, conditionnent les modalités de leur recours à l’aide, leurs attentes en terme de soutien ainsi que le type de structure qu’ils vont solliciter.

Au même titre que les jeunes, les intervenants projettent des attentes sur la relation d’aide, attentes qui sont nourries par les normes et les valeurs qui structurent leur univers professionnel ainsi que par leurs représentations des demandes des jeunes. En ce sens, nous évoquerons également l’incidence des logiques d’intervention sur la structuration de la relation d’aide et, plus précisément, sur le décalage éventuel entre les attentes des uns et des autres (jeunes et professionnels).

Enfin, nous mettrons en évidence l’incidence de la relation d’aide sociale sur les recompositions identitaire des jeunes participant ainsi à la constitution de carrières de vulnérabilité.

***

Virginie Muniglia est doctorante en sociologie à l’EHESS (CMH-UMR 8097 / CRAPE-UMR 6051) et ingénieur d’étude à l’EHESP. (virginie.muniglia@ehesp.fr)

Céline Rothé est docteur en sciences politiques (CRAPE-UMR 6051) et ingénieur de recherche à l’EHESP. (celine.rothe@ehesp.fr)

Quelques publications :

  • Muniglia V. et Rothé C., 2013, « Parcours de marginalisation de jeunes en rupture chronique : l’importance des autrui significatifs dans le recours à l’aide sociale », Revue française des Affaires Sociales, à paraître.
  • Muniglia V. et Rothé C., 2012, « Jeunes vulnérables : quels usages des dispositifs d’aide », Agora Débats/Jeunesses, Presses de SciencesPo./INJEP, n°62, Paris, p. 65-79.
  • Muniglia V., Rothé C. et Thalineau A., 2012, « Accompagner les jeunes vulnérables : catégorisation institutionnelle et pratique de la relation d’aide », Agora Débats/jeunesses, Presses de Sciences Po./INJEP, n°62, Paris, p. 97-110.
  • Muniglia V., Thalineau A., 2012, « Insertion professionnelle et sociale des jeunes vulnérables. Les conseillers de missions locale entre adaptation et tensions », Politiques sociales et familiales, n°108, p. 73-82.
  • Rothé C., 2010, « ‘Jeunes en errance’. Les effets pervers d’une prise en charge adaptée », Agora Débats / Jeunesses, n°54, p. 87-99.

________________________________________________

Ugo PALHETA

Résister à la domination scolaire. Les ambivalences des conduites anti-école dans l’enseignement professionnel

Dans cette communication, nous voudrions remettre sur le métier le concept de « culture anti-école » proposé par le sociologue anglais Paul Willis afin de rendre compte des conduites, propres aux jeunes d’origine ouvrière maintenus plus longtemps que par le passé dans l’institution scolaire, et faisant figure à ce titre d’ « exclus de l’intérieur » (Bourdieu et Champagne), d’opposition – explicite ou souterraine – aux règles édictées et aux verdicts prononcés par l’institution scolaire. Il s’agira en particulier de placer au centre de la description des attitudes populaires à l’égard de l’Ecole non seulement les transformations des modes d’être caractéristiques de ces classes, en lien avec les changements affectant leurs conditions d’existence et de reproduction, mais aussi la persistance d’éléments culturels qui, tels les formes de virilisme revendiqué, la valorisation de l’apprentissage empirique contre la connaissance théorique, l’opposition entre « fayots » et « gars », ou le scepticisme à l’égard des diplômes de l’enseignement général, ne disparaissent pas mais s’adaptent à de nouvelles situations et à de nouvelles contraintes. S’il apparaît ainsi impératif de souligner les transformations de la « culture anti-école », en réponse aux transformations conjointes du système d’enseignement et du monde du travail (et notamment du monde ouvrier), nous tenterons de montrer sous quelles conditions ce concept – et, plus largement, le cadre théorique auquel il s’intègre – demeure pertinent pour penser les rapports entre institution scolaire et classes populaires.

***

Ugo Palheta est actuellement maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lille-3, chercheur rattaché à l’équipe Proféor du CIREL (EA4354), ainsi que chercheur associé à l’OSC et au GRESCO.

Ses recherches portent en particulier sur les transformations contemporaines du système d’enseignement et des classes populaires. Il a notamment publié sur ces questions le livre La domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public  (PUF, 2012).

 ________________________________________________

Ana PERRIN-HEREDIA

Faire avec ce qu’on (n’)a (pas) : gestion des comptes et conditions de (sur)vie en milieux populaires

À partir d’une enquête ethnographique réalisée dans une « zone urbaine sensible » d’une ville moyenne française, cette communication propose une réflexion sur les conditions de possibilité et d’impossibilité de (sur)vie en milieux populaires. En s’arrêtant, plus précisément, sur la manière dont sont organisés la pénurie, le manque d’argent et de moyens, il s’agit de mettre en évidence, au-delà de la seule contrainte de revenu, les effets de la structure sociale sur les conduites économiques des enquêtés. Pour cela, l’attention se portera, entre autres, non seulement sur le rôle des groupes ou des réseaux économiques (domestiques, résidentiels, associatifs…) mais aussi sur le rôle de la socialisation économique (acquisition de compétences économiques, rapport au temps, rapport à la contrainte monétaire) sur les succès ou les échecs économiques de ces enquêtés.

***

Post-doctorante au Centre de sociologie des organisations (CNRS-Sciences-po Paris), Ana Perrin-Heredia a notamment publié « Les logiques sociales de l’endettement : gestion des comptes domestiques en milieux populaires », paru en 2009 dans le n°76 de la revue Sociétés contemporaines ainsi que « Faire les comptes : normes comptables, normes sociales », paru en 2011 dans le n°84 de la revue Genèses. Ses recherches portent sur la sociologie économique, la sociologie des milieux populaires et la sociologie du travail social.

________________________________________________

Hélène THOMAS

Toutes fragiles, tous vulnérables ?

Le champ sémantique de la vulnérabilité [vulnerability], associant à ce terme ceux de fragilité [frailty/fragility] de précarité [precarity/precariousness], issus du vocabulaire littéraire et éthique, et celui de résilience, omniprésent en psychologie, a contaminé les discours savants dans le monde anglophone et francophone depuis le tournant du millénaire. La vulnérabilité est devenue un Denkmittel incontournable des sciences humaines et le fondement rentable d’un empirisme naïf (Bachelard). L’objet de cette communication est d’envisager les enjeux scientifiques et politiques de ces usages performatifs de la vulnérabilité en sociologie et de proposer quelques pistes méthodologiques alternatives permettant de décrire et d’analyser ce régime globalisé d’asservissement dont la vulnérabilité est le nom.

***

Hélène Thomas est professeure de science politique à Aix-Marseille université, au Laboratoire de théorie du droit, et psychanalyste. Elle est notamment l’auteure de :

  • « Le déshonneur de la pauvreté : les critiques du capitalisme d’abondance des  années 1960 aux années 2000 », in Alain Bergougnioux et Daniel Cohen (dir.), Socialisme  et capitalisme en Europe, Fayard/ Fondation Jean Jaurès, 2012.
  • « Les socialistes français vers la société du soin mutuel (Care) ?, Cités, 2010/3, n° 43.
  • Les vulnérables. La démocratie contre les pauvres, éditions du Croquant, 2010.
  • «Penser la pauvreté sans priver les pauvres de leur pensée», Revue Quart Monde, n°214, 2010, http://www.editionsquartmonde.org/rqm/document.php?id=4719&format=print.
  • «Vulnérabilité, fragilité, précarité, résilience, etc. De l’usage et de la traduction de notions éponges en sciences de l’homme et de la vie « TERRA-Ed., Coll. « Esquisses », 25 pages, 2008, http://www.reseau-terra.eu/article697.html (24000 consultations en ligne).