3ème journée

***

AXE 3 : Ce qui fait ressource : parcours en milieux populaires et diversité des supports

Analyser les formes de précarisation en milieux populaires implique de reconstituer finement les conditions objectives et symboliques qui participent de l’entrée dans la précarité, son maintien, son aggravation ou sa sortie relative.

*

Quels sont les supports qui sont à l’œuvre dans les logiques d’entrée, d’aggravation et de sorties de la précarité et de l’instabilité sociales en milieux populaires ?

Dans les parcours des individus, sont mis en jeu des « supports ». Cette notion renvoie à l’idée que les individus disposent, même dans les pires conditions d’existence, de « réserves qui peuvent être de type relationnel, culturel, économique, etc., et qui sont les assises sur lesquelles peut s’appuyer la possibilité de développer des stratégies individuelles »1. Si la précarité des conditions d’existence va de pair avec une relative altération des supports et des ressources matérielles, symboliques, psychiques, relationnelles des individus et des groupes concernés, elle n’exclut pas, dans les classes populaires les plus démunies, l’existence de ressources individuelles, collectives et institutionnelles qui peuvent être mobilisées et permettre de « faire face » ou de remanier les modes de vie, les relations, les ancrages institutionnels. Loin de tout fatalisme social réduisant les acteurs aux caractéristiques défaillantes supposées de leur économie psychique ou de leur position sociale, le colloque envisage les situations de précarité en ce qu’elles impliquent des processus de socialisation, portent la potentialité ou la nécessité de transformations de soi, redistribuent, compensent ou renforcent leurs ressources et agissent sur les économies psychiques des individus, peuvent produire une « réassurance » sociale, une « sortie » ou une atténuation de la précarité des individus et des groupes, même dans les milieux populaires les plus disqualifiés.

Il s’agit d’envisager ces processus de socialisation non pas sous le seul angle individuel mais dans leurs dimensions collectives que celles-ci relèvent des configurations proximales (familiales, collectif de travail, associations locales…) ou des « dispositifs » (ou actions) institutionnels.

Les supports sont donc susceptibles d’être de différents ordres : relationnels (élargissement des réseaux de sociabilité, transformation des relations sociales), socio-professionnels (changement de situation professionnelle ou d’emploi), collectifs (entraides sociales, soutiens associatifs), psychologiques (thérapie, transformation de soi, travail d’écoute), matériels (économiques, résidentiels et spatiaux), institutionnels (prise en charge dans des dispositifs institutionnels spécifiques).

Les supports sont encore trop souvent essentialisés, comme si leur présence était une condition suffisante à leur appropriation ; encore faut-il avoir les dispositions nécessaires pour s’en saisir2. À quelles conditions certains supports peuvent-ils fonctionner comme des ressources ?

*

Une approche configurationnelle et diachronique des supports

L’approche configurationnelle intervient ici afin d’étudier les conditions dans lesquelles ces supports sont amenés à interagir et à se recomposer dans des parcours biographiques (individuels ou partagés par un groupe) marqués par la précarité sociale. Comprendre les alternations biographiques qui découlent des itinéraires marqués par de l’instabilité, des ruptures, un accroissement de la précarité, s’éclaire en lien avec les identifications passées, avec les ressources matérielles, symboliques et relationnelles dont disposent les individus. L’approche donne la possibilité de mettre au jour des mécanismes de résistance aux changements et, plus largement, de questionner les processus d’appropriation des nouvelles réalités objectives et subjectives.

Ainsi, on observe des effets de cumul de « handicaps » et des logiques d’articulation de supports. S’observent également des effets de concurrence entre différents parcours, contextes ou marchés dans lesquels sont « pris » les individus et qui peuvent contribuer à fragiliser leurs situations.

Au-delà de ces enjeux de concurrence ou de cumul, ce dont l’approche configurationnelle permet de rendre compte, c’est du caractère très souvent ambivalent de la nature des supports identifiés. En effet, en fonction des contextes, des trajectoires et des aspirations des individus, les supports existants peuvent devenir des ressources ou, au contraire, des contraintes dans leur parcours. Dans le même temps, elles peuvent être perçues comme une entrave aux aspirations d’indépendance, en exerçant une surveillance et un contrôle social qui pèsent sur l’individu.

Il n’y a donc pas de « supports objectifs » qui constitueraient invariablement des ressources « en soi ». Leur valeur dépend de la manière dont ils se combinent avec d’autres éléments, dans un parcours et un contexte donnés.

Cette troisième journée du colloque vise ainsi à discuter, avec les chercheur-es convié-es, et au regard des résultats de leurs recherches, des logiques d’entrée et de renforcement de situations précaires ou instables et, à l’inverse, d’identifier celles qui les atténuent et en favorisent la « sortie », de discuter de la combinaison des supports, des conditions de leur mobilisation ou de leurs effets ambivalents.

_______________________________________________

  1. R. Castel et C. Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne, Paris, Fayard, 2001, p. 30. []
  2. Par exemple bénéficier d’allocations familiales demande certaines ressources, notamment langagières. []