2ème journée

***

AXE 2 : Dispositifs institutionnels et classes populaires: injonctions, socialisation et appropriations

Saisir les parcours des membres des fractions inférieures des classes populaires, les familles peu mobiles sur le plan résidentiel (et professionnel), les femmes, jeunes actives ou mères de famille « vieillissantes » portant la charge du maintien de l’équilibre familial, les jeunes les plus démunis scolairement et socialement, nécessite d’être attentif aux formes de domination résultant des orientations politiques, sociales et urbaines, conduites en direction des milieux et quartiers populaires. Les dispositifs institutionnels participent à la définition des situations, jouent un rôle dans la construction des parcours sociaux qui leur sont associés et de ce fait informent la signification qu’ils prennent pour ceux qui les vivent. Il s’agit ici de décrire les modalités de ces interventions et de leurs effets.

*

Quels effets structurels produisent les dispositifs institutionnels sur les formes de précarité ?

Les institutions en jeu peuvent être de nature diverse : des institutions de formation, des institutions liées au marché du travail et à l’intervention sociale, des institutions de remédiation (par exemple de remédiation scolaire), des institutions de relogement, etc. Le travail et les dispositifs qu’elles proposent, qui sont initialement conçus pour réduire les inégalités sociales, peuvent paradoxalement contribuer à déstabiliser voire stigmatiser des populations dont les conditions de vie sont objectivement définies par des ressources et des capitaux limités et instables. Ils peuvent altérer les configurations de relations et les sociabilités qui ne sont pas sans procurer des « supports » et des ressources, certes souvent peu reconnues par les institutions, mais néanmoins opérantes.

*

Quelles injonctions sociales les institutions font-elles peser sur les individus ?

Les individus « pris en charge » se trouvent confrontés à diverses injonctions véhiculées dans les discours institutionnels, dont on peut penser qu’elles leurs font d’autant plus violence que leurs ressources sociales et leurs dispositions leur permettent moins de s’y conformer.

Les normes institutionnelles s’imposent aux individus sous des formes variées, que ce soit des injonctions à la mobilité, au changement, à la responsabilisation, ou encore à la réflexivité. Cette dernière injonction se trouve par exemple à l’œuvre dans les relations établies avec les travailleurs sociaux ; ceux-ci visent l’apprentissage, par les individus pris en charge, d’un rapport et d’un discours réflexif sur leur parcours, afin de lui donner une cohérence, une orientation, un projet, etc. Ce travail discursif prend la forme d’un « travail biographique » au sens d’Anselm Strauss1, au cours duquel il s’agit de réagencer les éléments de sa vie et de leur donner du sens, en les inscrivant dans une chronologie. Cette injonction est ainsi intimement liée à l’imposition de normes temporelles spécifiques.

Certaines institutions peuvent avoir une action particulièrement « enveloppante », soit parce qu’elles tendent à une prise en charge totale, soit parce qu’en se combinant à d’autres institutions, elles réalisent un maillage serré autour des individus et des familles.

Selon leurs ressources, les individus entretiennent un rapport différent aux institutions, qui oriente leurs manières de réagir à ces effets d’imposition. Si certains s’inscrivent dans des comportements de remise de soi, d’autres adoptent des attitudes tactiques, négocient ou défendent leurs intérêts.

*

Quels effets socialisateurs produisent ces institutions ?

L’imposition d’un tel point de vue institutionnel de savoirs-être et de savoir-faire légitimes génère des effets ambivalents. Les dispositifs institutionnels peuvent produire des effets positifs sur les parcours, en étant des lieux-ressource, favorisant une voie d’accès vers davantage de stabilité. Ils peuvent également renforcer des phénomènes de précarisation et de stigmatisation, et constituer des lieux de disqualification, ou de contrôle et de normalisation des conduites. Les effets varient largement en fonction des dispositions et des ressources des individus, une partie d’entre eux pouvant se saisir de l’action institutionnelle pour « s’en sortir » alors que d’autres vivent cette action comme une injonction, voire une violence symbolique et sociale qui leur est faite2.

En outre, le fait de se conformer et s’approprier certains supports institutionnels peut être problématique. Répondre à l’injonction à la mobilité peut conduire à la mise en péril d’un capital d’autochtonie3 sur lequel s’appuyer localement pour avoir des soutiens. Autre exemple, bénéficier d’un statut de personne handicapée confère des droits au niveau économique, mais pose la question du stigmate associé à un tel statut et de ses effets disqualifiants sur le marché du travail.

Enfin, l’action de socialisation aux nouvelles catégories de « responsabilisation » ((Liée notamment à la croyance que l’on est « entrepreneur » de soi-même.)), d’« autonomie », de « réflexivité », de « projet », (etc.) portées par l’action institutionnelle vise à modifier le rapport à soi et aux autres. Elle se heurte aux dispositions, à la morale, mais aussi aux conditions matérielles d’existence des fractions inférieures des classes populaires.

_______________________________________

Cette deuxième journée du colloque vise donc à se pencher, avec les chercheur-es convié-es, sur la place et l’action des institutions dans le travail de socialisation visant à favoriser la sortie des situations de précarité, sur les conséquences souhaitées ou non intentionnelles de ce travail en milieux populaires, et les rapports que les membres des milieux populaires visés entretiennent avec elles en fonction de leurs ressources.

_______________________________________

  1. A. Strauss, La Trame de la négociation, sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan, 1992. []
  2. S. Beaud, M. Pialoux, Violences urbaines, violences sociales, Paris, Fayard, 2003. []
  3. N. Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, La Découverte, Paris, 2005. []