1ère journée

***

AXE 1 : La « vulnérabilité »  et les classes populaires : les écueils d’un concept

L’objectif de ce colloque est de questionner les parcours sociaux « déstabilisés » ou marqués par différentes formes de précarité, liés à des politiques d’encadrement des milieux populaires1. Ces dernières peuvent relever des politiques publiques en direction des jeunes ayant connu un parcours scolaire chaotique et en situation de s’insérer sur le marché de l’emploi, ou des politiques de « rénovation urbaine » qui touchent aux configurations des rapports sociaux des quartiers populaires et, pour les familles les plus précarisées, à l’équilibre de leurs conditions de vie.. Le colloque prolonge un ensemble de travaux, réalisés dans le cadre d’un appel à projets de l’ANR « Vulnérabilités : à l’articulation du sanitaire et du social, édition 2008 », qui analysent les processus de socialisation en milieux populaires et leur confrontation avec un certain nombre d’institutions. Ces recherches ont porté sur les conséquences des ruptures scolaires au collège, sur les parcours erratiques d’emploi des jeunes et les conditions d’accès à l’indépendance résidentielle, sur les parcours de footballeurs de milieux populaires depuis les centres de formation jusqu’à la carrière professionnelle, et sur les effets des démolitions d’immeubles sur les configurations familiales et les réseaux de voisinage dans les quartiers populaires. Malgré leur diversité, ces populations étudiées partagent des propriétés sociales, des origines sociales et une condition communes permettant de faire travailler une même problématique.

*

La « vulnérabilité », une notion opérante?

Le programme de recherches ANR plaçait la notion de « vulnérabilité » au cœur de l’appel à projets. Ce point de départ a été interrogé tout au long du programme de recherches. Entre usage fédérateur de l’expression « parcours de vulnérabilité » et perception des implications que portent cette  notion (et le développement de son usage dans le corpus lexical des sciences sociales), notre programme s’est rapidement confronté aux angles morts, aux présupposés politiques qui ont trait notamment à l’essentialisation des individus ou des populations dites « vulnérables ».

Le succès de l’usage de la notion de « vulnérabilité sociale » s’appuie sur son flou et sa polysémie, mais elle est aussi à relier à un contexte de valorisation de la prise de risque et de la mobilité. Les injonctions sociales qui en découlent deviennent, de façon paradoxale, sources d’aspirations et normes contraignantes d’action, qui n’engagent pas les mêmes risques pour les individus ne disposant pas des mêmes ressources et propriétés sociales pour y faire face. Réintroduire l’idée de « classes sociales » peut s’avérer alors opérant pour penser les effets différenciés de cette nouvelle doxa et les problèmes qu’elle peut induire lorsqu’elle est appliquée à des milieux populaires pour lesquels l’incertitude des ressources matérielles constitue une dimension centrale de l’existence2.

En effet, la notion de « vulnérabilité sociale » dans les discours publics (institutionnels, politiques, expertises…) est caractérisée par une manière particulière d’envisager la « question sociale » qui  rompt avec une lecture en termes de rapports sociaux de domination produisant des inégalités sociales et qui tend à insister sur les effets individuels et psychologiques de l’exclusion. Il s’agit alors de saisir en quoi les individus « souffrent par le social »3, de traiter cette souffrance et d’y remédier. Cette réorientation vers l’individu « en souffrance » procède de la psychologisation des rapports sociaux4 qui engendre un ensemble de dispositifs de traitements individualisés. L’individu repéré comme souffrant est ainsi institué en tant que « sujet politique » dans le sens où un ensemble de dispositifs institutionnels visent à sécuriser sa vie et sa situation5. Par conséquent, la « vulnérabilité sociale » est principalement une catégorie de pensée des politiques publiques qui, qualifiant les problèmes sociaux à partir d’une série d’indicateurs (-(P. Muller, « L’analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l’action publique », Revue française de science politique, volume 50-2, 2000, p. 189-208. S. Tissot, L’état et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil, collection Liber, 2007. D. Fassin, Des maux indicibles…, op. cit.)) , mettent en place des dispositifs institutionnels spécifiques visant à intervenir sur les conséquences multiples, individuelles ou collectives, psychiques, corporelles et sanitaires de la « fragilité » et de la « vulnérabilité sociale ». Le traitement individualisé et l’action sur la personne6 peuvent alors se confondre dans des formes d’essentialisation des problèmes sociaux. Cette essentialisation que véhiculent, au moins comme potentialité, les catégories citées, porte en elle le risque de faire disparaître ou de masquer les processus et les configurations dans lesquels sont pris ou engagés les individus et les groupes, et notamment les rapports socio-économiques qui fondent les conditions d’existence des membres des classes populaires.

Or, les « fragilités » objectives et subjectives, les situations de précarité sociale et économique, d’instabilité relationnelle, etc. ne sont pas des données ou des caractères stables des individus et des groupes, y compris de ceux qui sont qualifiés de précaires a priori en raison de la précarité de leur existence, de la faiblesse relative de leurs ressources et de leurs capitaux (économique, scolaire, symboliques…). Elles s’inscrivent dans des processus qui peuvent s’actualiser dans des « carrières » erratiques ou des tournants de vie provoquant des moments ou des périodes d’intensification de difficultés existantes. Contre l’essentialisation du « vulnérable », il s’agit de rappeler que ce qui conduit les individus à entrer dans la catégorie institutionnelle de la vulnérabilité est un cheminement composé d’une part, de contraintes objectives faisant souvent entrer en jeu des traitements institutionnels qui participent en retour à constituer le sujet politique qu’est le « vulnérable » ou le « précaire », et, d’autre part, de contraintes subjectives (décisions plus ou moins appropriées, résistances des modes de pensée et des façons d’être…)7 . La carrière de « vulnérabilité » n’est donc pas réductible au parcours biographique, ni ne qualifie l’identité biographique, mais s’analyse du point de vue sociologique comme un parcours ayant trait à un domaine de la vie sociale ou à un moment de l’existence8 . L’analyse de cette carrière semble indissociable de celle des dispositifs institutionnels et des politiques d’encadrement des milieux populaires. Il s’agit donc de s’intéresser aux reconfigurations qui s’opèrent au long des parcours biographiques dans les milieux populaires, que ces reconfigurations interviennent lors d’un changement biographique inattendu (d’emploi, de position sociale, de mise au chômage, de changement imposé de résidence, de recomposition familiale) ou que la « vulnérabilité » se produise au long d’un parcours où se cumulent des difficultés comme des parcours scolaires conduisant à une rupture scolaire, des parcours d’insertion professionnelle combinant plusieurs formes d’insécurité, des parcours familiaux ou relationnels conflictuels, des parcours résidentiels changeants et incertains.

*

Faut-il conduire les analyses en termes de vulnérabilité ?

En conservant la notion de vulnérabilité comme un concept central des recherches, ne risque-t-elle pas de nous conduire à développer un point de vue particulier entre philosophies des politiques publiques et de l’intervention sociale, conceptions « dualistes » et « misérabilistes » en sociologie ? Peut-on maintenir l’usage de cette notion qui fait courir le risque de gommer les dimensions conflictuelles du social, les rapports de domination et les dimensions structurelles de la situation des catégories populaires étudiées ? Comment sortir des philosophies sociales implicites que charrie cette « notion éponge »9?

___________________________________________

Cette première journée du colloque vise donc à mettre en débats cette catégorie et à réfléchir aux modalités de l’interprétation sociologique des formes d’incertitude, de précarisation, des milieux populaires. Il s’agit de discuter avec les chercheur-es convié-es à cette journée des notions et des catégories d’analyse éclairant leurs travaux de recherche sur les milieux populaires.

***

La seconde journée s’intéressera à la place et à l’action des institutions dans les parcours de familles populaires ou de populations en situation de précarité économique, professionnelle et/ou résidentielle. Il s’agira de discuter des modes de socialisation institutionnels (mais aussi des présupposés et des attentes institutionnels envers les milieux populaires) et des rapports entre ces « dispositifs » et les individus, rapports variables en fonction de leurs ressources.

***

La troisième journée portera sur les supports et leur configuration à l’œuvre dans les conditions d’entrée et de sortie de situations instables ou aggravant la précarité des milieux populaires. Il s’agira de saisir les logiques d’entrée, de renforcement de situations précaires et, à l’inverse, d’identifier celles qui les atténuent ou en favorisent la « sortie ».

___________________________________________

  1. G. Mauger, 2001. « Précarisation et nouvelles formes d’encadrement des classes populaires », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 136, n° 1, p. 3‑4 []
  2. O. Schwartz, La notion de « classes populaires », mémoire pour l’Habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines, coordination de M. Le professeur Jean-Pierre Terrail, soutenu en février 1998, p.21. Olivier Schwartz caractérise les milieux populaires par deux types de propriétés : d’une part, des propriétés sociales et matérielles et d’autre part des propriétés de type culturologique qui tendent à les séparer des autres groupes sociaux par leur distance aux biens (culturels, scolaires, économiques, professionnels…) les plus rentables. []
  3. D. Fassin, Des maux indicibles, sociologie des lieux d’écoute, Paris, La Découverte, 2004. []
  4. L. Demailly, « La psychologisation des rapports sociaux comme thématique sociologique », in M. Bresson, La psychologisation de l’intervention sociale, Paris, L’Harmattan, 2006. []
  5. Dispositifs décrits par Michel Foucault comme étant ceux de la bio-politique. M. Foucault, Naissance de la biopolitique, Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, Hautes Etudes, Gallimard, Seuil, 2004. M. Foucault, Sécurité, territoire, population, Cours au Collège de France 1977-1978, Paris, Hautes Etudes, Gallimard, Seuil, 2004. []
  6. L’observation de la catégorisation des individus et des formes de « diagnostic » institués a pu être effectuée au cours de l’analyse des dossiers et des réunions qualifiant des collégiens de milieux populaires en ruptures scolaires. M. Millet et D. Thin, Ruptures scolaires. L’école à l’épreuve de la question sociale, Paris, PUF, 2005. []
  7. Nous nous appuyons sur la notion de « carrière » vue par J.-C. Passeron, « La chair et le squelette du temps », Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991. []
  8. E.-C. Hughes, « Carrières », Le regard sociologique, Paris, éditions de l’EHESS, 1996. []
  9. H. Thomas, « Vulnérabilité, fragilité, précarité, résilience, etc. De l’usage et de la traduction de notions éponges en sciences de l’homme et de la vie », TERRA-Ed., Coll. « Esquisses », fev. 2008 : http://terra.rezo.net/article697.html. Thomas Hélène, Les vulnérables. La démocratie contre les pauvres, Paris, éditions du Croquant, 2010. []